Libres enfants de Summerhill - A.S. Neil

Publié le par silvi

 

libresenfantssummerhille.JPG

Edition orginale François Maspéro - 1978 - 323 pages

 

 

Ce livre je l'ai lu et découvert en 1979, c'est une prof qui me l'avait donné, (non, non je vous dirais pas l'âge que j'avais, c'était juste l'autre siècle) et son empreinte ne m'a jamais quittée. Ce livre a une approche pédagogique  de l'enfance tout à fait subversive, et surtout très libertaire, diront certains.

L'éducation nationale, telle que nous la connaissons ne peut se reconnaître dans les méthodes utilisées dans cette école. Le fonctionnement institutionnel tel qu'il existe, ne pourrait organiser cette approche éducative.

Toutefois, l'enseignement qu'apporte la lecture de l'expérience tirée de cette école est qu'il serait intéressant de se pencher sur une relation différente entre les parents et leurs enfants, et les enseignants avec leurs élèves....

 

Et si éduquer, rimait avec bonheur et liberté ?

 

La présentation, ci dessous, d'une édition plus récente est pertinente dans la notion d'autorité, qui ne peut plus être conçue et perçue comme dans les années 60/70.

 

libres-enfants.jpg

La découverte - 2ème édition en 2004 - 463 pages

 

 

Tandis que la doctrine classique conçoit la discipline comme le moyen de l'instruction, Neill défend l'idéal d'une école où l'enfant puisse librement exercer ses facultés et choisir selon ses penchants son objet d'étude. Cet enseignement à la carte, fait pour des élèves dont la spontanéité créatrice aurait été brisée par les contraintes des programmes d'institutions normatives, aurait trouvé, dans le centre de Summerhill, l'occasion d'une expérimentation inédite et réussie. Relatant de nombreux sauvetages pédagogiques, l'auteur ne prétend pas néanmoins universaliser un modèle d'éducation.

Livre-culte d'adolescents et de pédagogues à la recherche d'innovations, cet ouvrage porte l'empreinte d'une idéologie libertaire, devenue dominante depuis 1968. La dénonciation de la violence institutionnelle est au centre de cet ouvrage. Or, le problème central de l'école est désormais moins l'excès d'autorité que son dépérissement. Aujourd'hui, ce témoignage suscitera des réflexions contradictoires sur les choix pédagogiques : que choisir entre la liberté et la contrainte ? --Paul Klein

Présentation de l'éditeur

"Summerhill, c'est l'aventure d'une école autogérée fondée en 1921 dfans la région de Londres. Son fondateur, le psychanalyste A.S. Neill (1883-1973), a mis les découvertes psychanalytiques au service de l'éducation. Il s'est dressé contre l'école traditionnelle soucieuse d'instruire mais non pas d'éduquer. Il s'est dressé contre les parents hantés par le critère de succès (l'argent). Il s'est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus "manipulés" et dociles, nécessaires à l'ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère industrielle." Maud Mannoni

 

*****************

 

Un livre riche d'expériences et qui donne à réfléchir, destiné à tout adulte amené à éduquer.

 

Le rôle de l'enfant, c'est de vivre sa propre vie et non celle qu'envisagent ses parents anxieux, ni celle que proposent les éducateurs comme la meilleure. Une telle interférence ou orientation de la part de l'adulte ne peut que produire une génération de robots "

 

 

 


Publié dans Essais

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La librivore 08/09/2010 09:58



J'avais lu ce livre passionnant avec beaucoup d'intérêt mais dans la pratique il a eu ses limites car il n'armait pas les adolescents pour affronter la société telle qu'elle était. Ceci dit,
cette réflexion a alimenté des réformes dans le domaine de l'éducation.



silvi 08/09/2010 13:20



c'est un fait que cette pratique a forcément ses limites ..... Mais l'avantage de cette expérience c'est qu'elle permet de se poser des questions en termes de choix éducatifs.



Cistu 05/09/2010 15:27



"Il s'est insurgé contre un système social qui forme, dit-il, des individus "manipulés" et dociles, nécessaires à l'ensemble bureaucratique hautement hiérarchisé de notre ère
industrielle." Je pense que c'est en ce sens que ce modèle pourrait nous interroger sur l'école (image d'une société) telle qu'elle est en train de devenir...  Merci d'avoir partager...
.... ce "vieux" souvenir... ...  Amicalement !



silvi 05/09/2010 18:08



vieux souvenir et pourtant sujet toujours d'actualité et qui fait et fera encore longtemps polémique et discuter..... merci à toi pour ton passage



myletine 05/09/2010 10:22



J'ai lu ce livre aussi il y a quelques années qui m'a fait réfléchir à des choix d'éducation même si je ne suis pas, avec le recul, d'accord avec l'auteur. L'école doit  pour moi en priorité
instruire et non éduquer.J'ai néanmoins fait le choix de mettre mon dernier fils, pour ces années de maternelle, dans une école à pédagogie différente différente (Montessori...).



silvi 05/09/2010 10:42



éduquer et instruire ne sont elles pas deux actions en fait indissociables et surtout complémentaires ?


Le premier intérêt, à mon avis, de ce livre sont les reflexions et les questions que le lecteur peut être amené à se poser.


En effet tout n'est pas parfait dans la théorie et la pratique de Neil, mais le "concept" ne laisse pas indifférent.